Pourquoi je crois à Google+

 

 

 

Alors là je prends un risque,

Avec un titre comme ça, on pourrait croire que ça y est, je me prends pour Fadhila Brahimi, Fred Cavazza, Eric Dupin, ou une autre de ces références de l’internet et des média sociaux…

Ce n’est pas du tout le cas, mais je viens de vivre une expérience assez intéressante lors du séminaire, qui rassemble comme tous les ans les consultants d’Halifax Consulting.

Ce sont tous des pros du business, de l’efficacité commerciale et du management,  et utlisateurs des principaux média-sociaux professionnels que sont Viadéo et Linkedin.

Par contre rares étaient ceux qui avaient un compte sur Facebook. En effet,  dans l’inconscient collectif de beaucoup de quadra, Facebook est d’abord réservé aux jeunes ados qui échangent leurs photos de soirées…

Eh bien, il n’a fallu quelques minutes à Théo, notre stagiaire (pure Génération Y) pour les convaincre de l’intérêt de Google+ et de sa valeur ajoutée par rapport à Facebook.

….

L’argument clé, évidement fut la présentation des cercles et de l’assurance que leurs publications privées pouvaient être réservées à leurs cercles privés…

Croyez le ou non, mais tout le monde s’est engagé à créer son profil Google+ et nous partagerons tous nos infos purement business interne dans notre cercle Halifax Consulting.

 

Évidemment, quand je suis rentré à la maison, j’en ai parlé à mes filles. Et lorsque je leur ai décrit à elles aussi l’histoire des cercles… La réponse a été : « Trop stylé! »

Alors là, je me suis dit que j’allais écrire un petit post…pour vous dire pourquoi je crois à Google+

RDV dans 3 mois, on verra si je détruirai ce post, rouge de honte, ou si je pourrai me la jouer Nostradamus !

 

 

 

 

 

Offre spéciale, très spéciale
du blog à réactions !
Recevez GRATUITEMENT tous les articles
par flux RSS ou par email


2 Commentaires pour : “Pourquoi je crois à Google+”

  1. Frédéric METEY Vendredi 22 juillet 2011 #

    L’ergonomie, en matière de technologie, est une des clefs majeures.
    Y’a une petite boite qui bosse dans les fruits qui a bien compris ça dans les années 1980 (et je me suis laissé dire que son cours de bourse actuel tendait à prouver que ce n’était pas une mauvaise voie, comme sa rivalité actuelle avec… Google).

    • Nicolas Samedi 23 juillet 2011 #

      Et est ce que c’est de là que vient le dicton…
      One apple a day keeps the doctor away!

      ;-) )

Ecrire un commentaire :

Gravatar Image