Ma dernière bonne lecture : I can make you Happy

Avec un tel titre, une telle promesse, évidemment on est tenté…

Ces américains ont quand même un aplomb extraordinaire pour tenter de vous convaincre…

Mais bon, ça a marché puisque j’ai fini par acheter ce livre et je l’ai lu avec plaisir.

 

I can make you happy

I Can Make You Happy

 

Voilà quelques morceaux choisis parmi les nombreuses « recettes » que nous donne l’auteur pour rebondir lors d’un coup de mou ou pour vraiment changer ses mauvaises habitudes  mentales.

A vous de voir si ces recettes peuvent vous convenir.

 

« Instant rescue » ou  Comment stopper un mauvais feeling

 

Happy posture

Se redresser, mettre mes épaules en arrière, redresser la tête et sourire en se concentrant sur la recherche de décontraction à chaque respiration. Prendre le réflexe de le faire tous les jours.

Changer sa ligne de vue.

Quand on ne se sent pas bien, on a tendance à regarder vers le bas et dans ce cas l’horizon ne fait pas plus que quelques mètres. Regarder vers le haut, vers le ciel ou l’horizon, suggère immédiatement de l’espace, de la liberté et des tas de possibilités et choix possibles. Ceci a mécaniquement une grande influence sur les pensées. Le  cerveau déclenche le cortex visuel quand on regarde vers le haut ce qui génère des ondes alpha, synonymes de sentiments de paix, confort et bien être, ce qui casse les associations qui vous rendaient malheureux.

 

Rire et sourire plus souvent pour changer ses mauvaises habitudes

L’auteur cite une expérience de Robert Holden, qui est connu comme un « happiness psychologist ». L’expérience a été rapportée par la BBC. Les résultats étaient tels, qu’ils ont reporté la diffusion pour être sûr que c’était crédible et que les effets étaient durables…  (j’ai retrouvé l’émission, vous pouvez voir des extraits ici : 1ère partie 2ème partie 3ème partie )

Tous les participants étaient dépressifs

La formule suivie (on pourrait dire l’ordonnance) pendant 1 mois fut la suivante :

  • Sourire ou rire au moins 20mn par jour
  • Faire au moins 20mn d’exercices par jour
  • Placer des gomettes de couleur dans chaques lieux clés de leur maison ou bureau. Chaque gomette doit leur rappeler de penser, ne serait-ce qu’un instant, à un souvenir heureux, à quelque chose de positif.  (par ex faire une liste de 3 souvenirs heureux, 3 personnes qu’on aime particulièrement ou qui nous aiment, 3 choses qui pourraient nous rendre heureux dans le futur)

A la fin de l’expérience, tous les sujets déclaraient être plus heureux.

On leur refit le même IRM qu’au début de l’expérience et celui-ci montra une croissance significative de l’activité du lobe préfrontal gauche, plus précisément dans la zone qui correspond aux émotions positives.

En un mois, les sujets ont changé l’activité  PHYSIQUE de leur réseau neuronal en changeant leurs habitudes de pensées et de comportement. 6 mois après, les changements étaient toujours là.

 

Le miracle de l’exercice physique

L’esprit et le corps sont intimement liés

L’exercice physique stimule la création d’adrénaline, ce qui augmente notre vivacité, notre vigilance et provoque une libération et une diffusion d’énergie.  Ensuite, quand on arrête l’exercice, les endorphines sont libérées ce qui provoque la détente, la relaxation et même l’envie de dormir.

L’idéal est de faire de l’exercice à l’extérieur (mieux qu’en salle de gym), en tout cas des études montrent que c’est mieux pour l’impact sur le moral.

 

Changer les routines mentales

Beaucoup de gens dépressifs se répètent des pensées négatives en boucle.

Les effets de ces pensées sont désastreux et ils peuvent être modifiés simplement en rajoutant une idée positive à la fin de chaque pensée négative. C’est l’effet « adding the positive »

En fait, l’idée est de ne pas s’interdire ces pensées négatives parce qu’elles vont venir de toutes façons (au moins au début). Donc on laisse passer et on rajoute à la fin un souvenir positif, une pensée positive, une référence aux gomettes …  Ex : Je vais encore devoir me coltiner un RDV avec ce type pas sympa…. Mais bon ça n’effacera pas les bons moments que je viens de passer avec mes filles.

L’intérêt, lorsqu’on répète encore et encore cet exercice, c’est de découvrir que le cerveau commence à enregistrer le process. Ainsi dès que la pensée négative arrive, il provoque une avancée rapide vers la pensée positive.

 

Choisir ses réactions

On a toujours le choix.  Et quand on ne peut pas changer les faits, on peut changer la façon dont on réagit aux faits.

On peut choisir d’être heureux, d’être optimiste.

Si on se force quotidiennement à penser à des choses positives,  le fonctionnement neurologique se modifie et on ne peut plus faire autrement….

 

Décider

Exemple de guide de prise de décision sur un choix à faire :

  1. Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau se situe les aspects positifs si la décision est prise et que tout se passe bien
  2. Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau se situe les aspects négatifs si la décision n’est pas prise ou que la décision est prise mais que tout se passe mal
  3. Si la réponse à la question 1 est plus forte que la réponse à la question 2, alors il ne faut pas hésiter. Si c’est le contraire, il vaut mieux trouver une autre façon de faire.
  4. Si les chiffres sont les mêmes. Se demander quelle petite chose peut-on  faire pour améliorer la réponse à la question 1.  Si on ne trouve pas, alors se poser la question de savoir si on veut vraiment prendre ce risque aujourd’hui.. Si la réponse est non… différer.

 

Changer de perspective

Il y a des gens qui traversent des épreuves terrifiantes mais qui sont capables de voir les choses positivement et de continuer à vivre. Il y en a d’autres qui au contraire sont dévastées par des petites broutilles.

La différence est une question de perspectives. C’est la façon dont ils visualisent leurs vécus, les situations traversées.  L’impact de chaque situation dépend de ce qu’on intègre ou pas dans notre champ de perception.

C’est pour cela que beaucoup de thérapeutes utilisent les techniques de recadrage.

Par exemple, les gens qui réussissent sont souvent des gens qui  réagissent positivement aux échecs et/ou difficultés. La question qu’ils se posent est : En quoi ceci va m’aider ? Et pour y répondre il faut regarder la situation avec le bon angle pour chercher les conséquences positives. Plus on arrive à faire cela, plus on a de choix.

Par exemple : Aujourd’hui je suis très stressé parce que j’ai beaucoup de travail à faire. Si je ne pense qu’à aujourd’hui, tout ce que je peux voir : c’est du stress.  Par contre si je vois cette journée dans un contexte plus large qui tient compte d’où je viens (ce que j’ai déjà réalisé) et où je vais, je vois cette journée différemment. Je me souviens de la joie que j’ai éprouvée quand j’ai réalisé mes objectifs et je me projette dans celle qui sera à nouveau là quand j’aurai réalisé ceux du jour.

 

Les valeurs du Bonheur

Dès lors que les gens peuvent s’offrir les « basiques » de la vie (besoins primaires) il n’y a quasiment pas de corrélation entre richesse et bonheur. Il y a des milliers de millionnaires malheureux. Une étude  a démontré que les gens les plus riches d’Amérique dans le classement Fortune 500 n’étaient pas plus heureux que des membres de tribus Masaï.

Le bonheur inclut le plaisir, mais c’est quelque chose de plus profond et sa définition est assez unique pour chaque individu, donc difficile à définir de façon générique. Le bonheur est l’arrière-plan de votre vie  qui rend chaque jour gratifiant ; il vous donne de la force dans les moments difficiles et il vous libère pour profiter de chaque opportunité.

Une étude réalisée auprès de personnes en fin de vie qui consistait à leur demander ce qu’ils regrettaient ou ce qu’il tiraient comme leçon de leur vie a donné comme conclusion qu’ Aucun ne regrettait le fait de ne pas avoir eu plus d’argent. Tous étaient reconnaissants de l’amour que leur famille leur avait donné, de la beauté du monde et des joies de l’amitié. Si c’était à refaire : Ils s’inquièteraient moins et riraient plus !


La confusion entre plaisir et bonheur

Beaucoup de tristesse, de dépression, de malheur sont causés par la confusion entre plaisir et bonheur. Les frontières sont devenues floues avec le début du 20eme siècle et le consumérisme. La société de consommation a apporté beaucoup de bénéfices  et d’avantages technologiques, mais l’effet pervers a été la promotion de l’achat largement plus basé sur l’envie que sur le besoin.

La clé du bonheur n’est pas ce que nous avons mais la façon dont nous l’apprécions.

Avoir des nouvelles choses peut vous apporter du plaisir mais cela ne vous rendra pas plus heureux. Pourtant quand on regarde les pubs, c’est du bonheur qui est vanté.  Mangez ceci, conduisez cela ou vivez ici et vous serez plus heureux. Le problème avec la pub c’est qu’elle nous incite constamment à regarder en dehors de nous-même pour chercher des choses qui vont nous aider à nous sentir bien. Ainsi on entraîne notre cerveau à chercher sans arrêt à avoir ce que nous n’avons pas. Le bonheur au contraire est nourri par l’appréciation de ce que nous avons déjà.

 

Amitié

Être sympa ou poli crée un sentiment d’appartenance à une communauté et c’est pour cela que nous nous sentons bien quand nous sommes gentil avec des amis ou avec qui que ce soit.

Parfois, juste un sourire fait la différence. Nous sommes influencés par le non verbal et donc nous ne pouvons pas faire autrement que nous sentir mieux lorsque nous faisons l’expérience de la gentillesse vis-à-vis de nous ou celle que nous exprimons aux autres.

C’est sans doute pour cela que les bonnes choses nous arrivent plus souvent lorsque nous sommes heureux. Généralement les gens sont poussés de façon subliminale à répondre positivement à nos demandes ou contacts. When you feel good, the world looks good !  Si vous voulez avoir des amis, soyez un bon ami pour les autres.

L’auteur cite l’exemple d’un chef d’entreprise  qui réalisa que s’il appliquait ce principe, ses employés seraient plus heureux, plus actifs et plus productifs. Donc il décida d’appliquer de façon cynique et devint plus amical avec chacun.  Quelques mois plus tard il dû admettre que ce qu’il faisait d’abord de façon cynique devint plus naturel et authentique car les retours de son comportement étaient très riches en terme de relation avec chacun.

3 questions pour savoir quels sont les amis qu’on a intérêt à conserver et ceux qu’il vaut mieux éviter :

  1. Est-ce que cette personne me donne de l’énergie ou au contraire est ce qu’elle me tire vers le bas
  2. Généralement, après l’avoir vu, est ce que je me sens mieux ou moins bien ?
  3. Finalement, est ce que tous les 2, nous nous sentons plus heureux et enrichis par notre relation ?

 

Relations amoureuses

Des études ont été faites sur les couples qui restent longtemps ensemble. Au début la conclusion semblait être : plus les gens sont ensemble longtemps, plus ils sont heureux. Puis, on a découvert ensuite que ce n’était pas le cas. Le principe est plutôt  inverse :  les gens heureux provoquent des relations de long terme.  Être heureux soi-même est la meilleure recette pour avoir des relations durables avec les autres. Plus on est heureux soi-même, plus les gens sont en mesure d’être heureux avec vous.

 

Être heureux :

Le bonheur nous rappelle que chaque jour est précieux. Pas un jour de notre vie ne sera jamais répété… Chaque jour nous pouvons choisir d’être heureux, de vivre dans le respect de nos valeurs, de choisir d’être content et de bénéficier de toutes les possibilités qui nous sont offertes.

 

If you want happiness for a hour – take a nap

If you want happiness for a day – go fishing  (moi j’aurais plutôt dit go golfing…)

If you want happiness for a year – inherit a fortune

If you want happiness for a lifetime – help someone else

 

 

Voilà pour la synthèse.

J’espère que cela vous inspirera…

Moi, j’aime bien la phrase : When you feel good, the world looks good !

D’ailleurs ça me rappelle un truc qui met la pêche et qui est aussi très certainement un excellent Instant Rescue.

Essayez ça, vous allez voir, ça marche à tous les coups !



Offre spéciale, très spéciale
du blog à réactions !
Recevez GRATUITEMENT tous les articles
par flux RSS ou par email


Wow. It's Quiet Here...

Be the first to start the conversation!

Ecrire un commentaire :

Gravatar Image